Musique en concert ou en conserve ? Gang Flow a lu pour vous…

 

Ecouter musique en conserve WP
Photo sous licence Shutterstock

Le mot « concert », c’est l’occasion de lire ou de relire ensemble un article formidable d’Umberto Eco « La musique et la machine » publié en 1965 (déjà) dans la revue Persée, Communications, 6, 1965, Chansons et disques.

Dit comme cela, c’est l’université (et le bâillement) qui vous envahit, n’est-ce pas ? Ce n’est sûrement pas l’ennui qui vous guette, mais bien plutôt une réflexion étonnante d’ouverture et de recul sur notre manière de consommer la musique.

Lisez donc ce merveilleux article qui pose la question de la relation entre la musique et les machines (le disque, la radio, et même les instruments). Un morceau de lucidité qui s’interroge sur cette ère moderne de « musique reproduite » et de musique mise « en conserve », selon l’expression magique de l’auteur.

Tout y est, depuis le « découragement progressif du dilettantisme musical » (ces petits trios ou quatuors d’amateurs qui disparaissent peu à peu, ces jeunes « pianoteuses » de bonne famille) à la mise au banc des représentations publiques de piètre niveau, en passant par la malheureuse limitation du répertoire à des musiques commercialement acceptables.

Bon voilà… Gang Flow a encore fait une digression. Le mot concert et cela dégénère en un article merveilleux à lire sur notre relation à la musique, qu’elle soit « cultivée » ou « légère ».

Bonne lecture à tous, et à très bientôt