“I am the enemy you killed, my friend”

Quatre novembre 1918. Wilfred Owen, poète anglais, meurt lors de la grande offensive finale à Ors, près du Cateau-Cambresis. Une semaine avant l’armistice. La guerre est cynique. Que dire alors des hommes ?

Il y a 100 ans, un jeune anglais laissait donc la guerre éteindre son talent. On copiera la merveilleuse formule du poète : “I am the enemy you killed, my friend.”, formule saisissante d’un poème intitulé “Strange meeting” et dont la dernière strophe ne supporterait aucun commentaire superflu.

I am the enemy you killed, my friend.

I knew you in this dark : for so you frowned

Yesterday through me as you jabbed and killed.

I parried ; but my hands were loath and cold.

Let us sleep now….

Nous sommes aujourd’hui le 4 novembre 2018. Un jour d’automne frais et ensoleillé. Une balade au Conservatoire de Lille pour écouter un concert organisé par l’association Chambre à part. Un concert saisissant d’émotion et d’intelligence.

Amaury Breyne (piano), Paul Mayes (violon), Ermengarde Aubrun (alto), Clément Vandamme (violoncelle) ont aujourd’hui fait découvrir au public plusieurs compositeurs français, contemporains de cette guerre affreuse.

Albert Roussel, Georges Migot, Jean Rivier, Lucien Durosoir, Jacques de la Presle pour la musique, Wildred Owen pour la poésie…. Autant de compositeurs d’une musique française méconnue, profonde et chargée du vécu de ces hommes marqués par leur époque. Bien loin de l’image éthérée ou intellectualisante qu’on prête parfois à la musique française de cette époque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 novembre 2018. 4 artistes ont joué les oeuvres de musiciens “perdus dans les tiroirs de l’histoire”. L’expression est de Paul Mayes. Espérons avec lui qu’elle sera un jour hors de propos car ces compositeurs méritent d’être joués plus souvent. Cela serait alors la plus belle victoire de leurs élans créatifs sur l’ineptie et le cynisme des hommes.

rendered
Crédit photo : Aude Photographie / Shutterstock

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *