Musée d’hier, musée d’aujourd’hui : dépasser la victoire du silence devant l’oeuvre d’art

 

Musée d’hier, la victoire du silence devant l’oeuvre d’art

Hier nos musées, c’était la victoire du silence devant l’oeuvre d’art. Des objets, des peintures, des sculptures qu’on observait religieusement, en chuchotant, et même en silence. Religieux silence et pas de loup…

Choveau 4
Musée La Piscine, Roubaix, salle “Groupe de Roubaix”. Crédit photo : Anne-Sandrine Di Girolamo

Un peu comme lui aussi, si on nous permet le clin d’oeil…. Mains croisées qui disent l’humilité devant la production des maîtres ou bien aussi une timidité du visiteur à s’approprier l’oeuvre.

C’est que la mission et l’ambition des musées ont fortement évolué au fil des siècles : le musée, machine à conserver et à exposer des oeuvres d’art, pour reprendre l’idée de Le Corbusier, doit désormais instruire, enseigner, inviter son public au savoir. Mieux, nous dirons que le musée doit inviter son public à entrer dans l’intime avec l’oeuvre d’art.

Alors, me direz-vous, quel lien avec la musique ? Quel rôle la musique peut-elle jouer dans ce processus moderne de transformation de la mission du musée ? En ce mois de novembre 2018, le Musée La Piscine de Roubaix fête sa réouverture et offre à son public mille occasions de rentrer dans l’intime avec les oeuvres d’art exposées. Voici comment…

Musée La Piscine de Roubaix : Les visions sonores de Françoise Choveaux

Un soir de novembre 2018… un concert donné par la compositrice Françoise Choveaux et quatre musiciens : Amaury Breyne (piano), Frédéric Volanti (piano), Hugues Rousé (saxophone), Sébastien Dochy (contrebasse).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Musée La Piscine, Françoise Choveaux présente ses “Visions sonores” en hommage au “Groupe de Roubaix”. Crédit photo : Anne-Sandrine Di Girolamo

Nous sommes dans l’intimité la plus exquise. Avec les oeuvres d’art. Avec les musiciens. Avec le compositeur lui-même. Françoise Choveaux, est venue, en effet, présenter ses “visions sonores”, pièces musicales inspirées par les oeuvres d’artistes du Nord qui composent le fameux “Groupe de Roubaix”, très actif entre 1946 et le début des années 1970 et désormais exposé au Musée La Piscine.

Bon nombre des membres de ce “Groupe de Roubaix” était passionnés de musique et habités par elle. Parmi tant d’autres, il y a avait Michel Delporte, passionné fou d’opéra, dont l’atelier croulait littéralement sous les accumulations de CD. Il y avait aussi Pierre Hennebelle, pianiste jazz, ou encore Pierre Jansen, fidèle compositeur de musiques pour le cinéaste Claude Chabrol.

Ce soir-là, le Musée La Piscine et Françoise Choveaux ont donné au musée d’aujourd’hui tout son sens. Les oeuvres d’art doivent être “vécues” par le public : visitées (comme on le faisait au temple des muses dans l’antiquité (le museion) mais aussi écoutées grâce à la musique qu’elles ont inspiré chez d’autres artistes.

En conclusion… comment ne pas vous montrer ces photos de Françoise Choveaux et d’Amaury Breyne ? L’intimité dans le musée d’aujourd’hui c’est cela : des oeuvres d’art, un public, des musiciens et un compositeur. Ensemble, ils vivent un moment à l’heure du Groupe de Roubaix.

Dans le musée d’aujourd’hui, l’art chante et invite son public à faire de même.

original_1203698020
Crédit photo : Kyozstorage-Stock : Angle art mortar statue in front of the water curtain feature in white and black