Plutôt violon que violoniste, il est « un homme-violon »

Les rencontres sont la vie. Elles sont aussi de l’essence même des arts et de la musique. Connaissez-vous celle de Johannes Brahms et Ede Reményi ?

Nous sommes en 1850. Brahms, tout jeune adolescent encore, se lie d’amitié avec Ede Reményi, violoniste hongrois. Il vient de découvrir la musique « alla Zingarese », la musique hongroise populaire ou tsigane. La suite de l’histoire, vous la connaissez… Il s’agit des 21 danses hongroises, composées en 1858 et 1880 mais aussi le rondo « à la hongroise », final du Quatuor en sol mineur (opus 25).