La Rêveuse aux Journées professionnelles de la conservation-restauration 2019

La Rêveuse. Florence Bolton et Benjamin Perrot.

Depuis leur première édition en 2011 à la Bibliothèque Nationale de France, les Journées professionnelles de la conservation-restauration réunissent les acteurs de la conservation et de la restauration dans toutes les disciplines patrimoniales afin d’instaurer entre elles un dialogue transversal. 

L’édition 2019 s’est tenue les 21 et 22 mars à la Cité de l’architecture et du patrimoine. Sandie Le Conte est ingénieur de recherche au laboratoire du Musée de la Musique. Elle est intervenue sur la passionnante question du chemin de décision pour le maintien ou la substitution à l’état de jeu des instruments du Musée de la Musique.

Ont suivi les notes apaisantes et enchanteresses d’un concert proposé par l’Ensemble de musique ancienne La Rêveuse. Un concert joué sur certains instruments fac-similé du musée : la Vihuela, le théorbe Matteo Sellas et la basse de viole Michel Collichon.

A gauche, le fac-similé de la basse de viole Michel Collichon du Musée de la Musique.
A gauche, le fac-similé de la basse de viole Michel Collichon du Musée de la Musique.

La Vihuela du Musée de la Musique, histoire d’un fac-similé

Considéré comme l’un des instruments les plus raffinés à l’époque du siècle d’or espagnol, la vihuela a complètement disparu.

L’exemple détenu par le Musée de la Musique date du 15e siècle. Sa table est malheureusement désolidarisée du corps… Le restaurer pour le remettre en état de jeu ? Commander un fac-similé ? Sandie Le Conte a entretenu son auditoire de cette question pendant quelques instants. Un aperçu captivant de son métier. 

Remettre en état de jeu un instrument ou faire fabriquer un fac-similé ?

Décider si un instrument doit être restauré ou bien reproduit sous la forme d’un fac-similé n’est pas chose aisée. Plusieurs éléments sont pris en compte. Parmi eux, l’iconographie, la littérature musicale et l’existence et l’état de spécimens anciens.

Benjamin Perrot, La Rêveuse. Vihuela, Fac-Similé du Musée de la Musique
Benjamin Perrot, La Rêveuse. Vihuela, Fac-Similé du Musée de la Musique

En ce qui concerne la Vihuela, l’iconographie, large et abondante, permet de connaitre les conditions de jeu de l’instrument. De nombres méthodes et d’écritures musicales sont disponibles également. Les choses sont plus difficiles quand on en vient à considérer l’état et la quantité d’exemplaires encore disponibles.

Outre l’exemplaire de la Vihuela détenu par le Musée de la Musique, seuls deux autres spécimens sont connus à ce jour. L’un est exposé au Musée Jacquemart André à Paris (mais il a subi des adaptations au 17e siècle) et l’autre est considéré comme une relique dans un monastère à Quito. La Vihuela est donc rare… et le laboratoire du musée décide d’ordonner la fabrication d’un fac-similé. 

Un fac-similé n’est pas une copie

Un fac-similé n’est pas une copie. Le facteur doit dépasser la reproduction d’une copie esthétique de l’instrument et reproduire fidèlement les méthodes de fabrication historiques. Les essences de bois utilisées sont également importantes. La table d’harmonie de la Vihuela du Musée de la Musique est faite en sapin (alors que la plupart du temps, on utilisait plutôt l’épicéa), le fond est en jujubier (un arbre méditerranéen qu’il est de nos jours difficile de retrouver).

Là ne s’arrête donc pas l’aventure de la fabrication d’un fac-similé. Laboratoire du musée et facteur d’instrument travaillent ensemble et échangent savoirs et savoirs-faire. Un travail à la hauteur de toutes les espérances puisque le résultat vibratoire du fac-similé de la Vihuela du musée est très semblable à celui de l’original. Il ne restait plus qu’à l’entendre jouer…. Place à la Rêveuse.

La Rêveuse. Florence Bolton et Benjamin Perrot.
La Rêveuse. Florence Bolton et Benjamin Perrot.

Du siècle d’Or au siècle des Lumières : La Rêveuse fait chanter Vihuela et Théorbe

Un concert donné par l’Ensemble La Rêveuse est un moment unique. Florence Bolton et Benjamin Perrot, musiciens savants, animent leurs concerts comme personne. Tout y est. Savoir brillamment maîtrisé, partage simple et naturel de la connaissance, incarnation moderne de tout un passé musical et littéraire désormais méconnu.

Sur le fac-similé de la Vihuela du Musée de la Musique

En première partie de ce concert, la Vihuela a été mise à l’honneur. Benjamin Perrot interprète la pièce favorite de Charles Quint : la Cancion del Emperador : Mille Regretz de Luis de Narvaez. Puis la Fantasia que contrehaze la harpa en la mangera de Ludovico de Alsonso Mudarra. Enfin, la Recercada primera sobre la Spagna de Diego Ortiz. Le public est transporté dans le 16e siècle espagnol, avec son raffinement et ses couleurs. On ne peut alors s’empêcher de songer que la musique est ici le résultat émouvant de longues années de recherche.

Sur le Théorbe Matteo Sellas du Musée de la Musique

Le concert continue, toujours sur certains instruments fac-similés du musée. Cette fois, le Théorbe Matteo Sellas du musée…. Impressionnant instrument de la famille du luth. Inventé au 16e siècle à Florence, dans une Italie florentine à la recherche d’une musique nouvelle sur le modèle de l’antiquité.Les modèles sont plus ou moins imposants en fonction de l’usage qu’on leur destine. Les plus grands à l’opéra, les plus petits pour des concerts plus intimistes.

Benjamin Perrot, La Rêveuse, Théorbe Matteo Sellas du Musée de la Musique
Benjamin Perrot, La Rêveuse, Théorbe Matteo Sellas du Musée de la Musique

Nous arrêtons ici notre évocation du concert…Aucun article ne peut, en effet, communiquer savoir historique et plaisir musical aussi bien que Florence Bolton et Benjamin Perrot en concert. Allez donc les écouter !


Ici un enregistrement de la Cancion del Emperador : Mille Regretz de Luis de Narvaez, interprétée par Benjamin Perrot sur le fac-similé de la Vihuela du Musée de la musique.

Extrait de la Cancion del Emperador : Mille Regretz de Luis de Narvaez (1500-1555) interprété par Benjamin Perrot de La Rêveuse, jouant sur le fac-similé de la Vihuela du Musée de la Musique

Les commentaires sont fermés.