Claire-Marie Le Guay : Elle a le mot musical !

La vie est plus belle en musique. Claire-Marie Le Guay

Claire-Marie Le Guay est pianiste concertiste. Lauréate des Victoires de la musique, elle a enregistré une vingtaine de disques. Bach, Liszt, Schumann, Ravel…

Mais Claire-Marie est bien davantage. Merveilleuse artiste habitée par son art, elle emmène son public et la jeunesse française à la rencontre de la musique. Sa collaboration avec l’Opéra de Dijon depuis 2012 en est un bel exemple.

Son premier ouvrage, La vie est plus belle en musique, est une naissance. La musique et les mots se trouvent. Cheminent ensemble la mélodie et le verbal. Chez Claire-Marie, le mot est musical. 

Quand la musique et les mots se trouvent

Dès l’enfance, Claire-Marie rêve de devenir musicienne. Ce grand-père mélomane, presque auguste, qu’elle évoque dès les premières pages, est le premier passeur. Son père aussi. Certes il préfère le dessin et les livres mais la musique tisse entre eux un lien précieux et délicat. « Nous nous comprenions et, par la musique, nous nous parlions sans mots. » écrit-elle.

Les mots. Toute petite, elle ressent aussi l’envie de poser « quelque chose » sur une page de papier, le crayon à la main. « J’avais envie de laisser une trace, de m’exprimer d’une autre façon ».  Ce souvenir, enfoui depuis lors, ressurgit depuis quelques temps. Depuis la naissance. Ce livre…. La vie est plus belle en musique raconte la musique classique et son auteur de tendre à son tour la main au mélomane, qu’il soit averti ou non.

Claire-Marie Le Guay. Crédit photo : Carole Bellaiche
Claire-Marie Le Guay. Crédit photo : Carole Bellaiche

Claire-Marie se livre. Elle écrit à la première personne du singulier. En s’adressant au lecteur, elle l’encourage à la suivre, au fil des pages, dans le cheminement d’amour qui a été le sien. Elle écrit pour « prendre par la main » et « inviter au voyage musical. » Le lien qui se tisse est naturel et simple. C’est sans doute là le plus grand talent de notre auteur. Tisser des liens. Un talent qu’elle pratiquait jusqu’à alors sur scène : « Après m’avoir écoutée, Menuhin m’a dit ceci : Lorsque vous jouez en concert, vous tendez un fil entre le public et vous. Le vôtre est à la fois fin et très solide. Il vous relie au public. Il vous appartient. »

Le musical et le verbal cheminent ensemble

Flaubert écrit à Louise Colet en 1846. Il évoque les grands : Shakespeare, Michel-Ange, Hugo… « ceux qui reproduisent l’univers qui se reflète dans leurs oeuvres, étincelant, varié, multiple, comme un ciel entier qui se mire dans la mer avec toutes ses étoiles et tout son azur ». 

Claire-Marie Le Guay
Claire-Marie Le Guay, Crédit photo : Carole Ballaiche

Les chefs-d’oeuvre reproduisent donc l’univers. D’autres écriraient qu’ils sont l’humanité, dans sa permanence et son éternité. 

Le voyage en musique classique de Claire-Marie est de ceux-là. La « grande » musique, celle qui éblouit ou vous prend aux tripes, sans qu’il soit nécessaire d’en savoir davantage. Mais justement, cette musique là intimide parfois. Des complexes, des peurs, des appréhensions… De pistes d’écoutes en histoires, La vie est plus belle en musique permet à chaque lecteur de faire fi de tout cela pour « oser écouter » et faire ses propres choix.


Lisez ce livre car il n’en existe pas de semblable. Muri dans le coeur d’une artiste sensible, ce livre est une naissance de Claire-Marie à une forme nouvelle d’expression. Du piano au carnet griffonné dans le métro. Oui, elle écrit dans le métro…De la musique aux mots, mais pour le public et pour la musique. Toujours. 


Pour acheter La vie est plus belle en musique, cliquez ci-dessous sur le lien.

Les commentaires sont fermés.