Bach to the future : L’histoire de ce clip exceptionnel pour la musique classique


Bach to the future, c’est un disque d’Olivier Latry publié par le label La Dolce Volta en mars 2019. C’est aussi un clip tourné à Notre-Dame de Paris. Un tournage réalisé dans des conditions extraordinaires et avec du matériel de cinéma sur la Toccata et Fugue en ré mineur de Jean-Sébastien Bach. 

Voici donc l’histoire de ce clip hors norme pour la musique classique racontée par Maxime Bonneau (producteur), Dorian Hays et Hugo Rémusat (co-réalisateurs). 

Autour de l’Orgue de Notre-Dame, un collectif de créatifs

Quand Maxime Bonneau, producteur du clip, rencontre Michaël Adda, directeur du label La Dolce Volta, il est loin d’imaginer l’histoire qui va suivre. Alors qu’on lui propose de tourner une vidéo promotionnelle traditionnelle, il perçoit très vite l’intérêt de proposer davantage. Un clip avec une dimension technologique dans un esprit futuriste qui reçoit très vite l’accueil positif du label et d’Olivier Latry. 

Maxime Bonneau (producteur) et Hugo Rémusat (co-réalisateur), tous deux musiciens formés en conservatoire dans leur jeunesse, reviennent donc à la musique classique en lui offrant leur expérience dans le monde des autres musiques et les tournages de très très belles images. 

Vous imaginez ce qui suit. Les coups de fils aux professionnels de tous les métiers de l’image, et ils sont nombreux ! Depuis l’image en passant par le son, la lumière, la fumée, le mapping… Tous passionnés d’arts numériques, d’arts génératifs et de nouvelles technologies. Ils ont dit oui et se sont regroupés en un collectif : « Forte Music »

Un objet “sonore et visuel” très ambitieux

Dès leurs premiers échanges, les artistes de Forte Music ont souhaité proposer à l’organiste Olivier Latry et son label un clip à dimension technologique dans un esprit futuriste. 


L’exercice était au fond assez simple : mettre en valeur une musique, un interprète et un lieu. Mais voilà, Forte Music a proposé à l’industrie de la musique classique autre chose. Là où l’offre est restreinte (peu de musiques bénéficient d’un tel traitement par l’image et les formes utilisées sont traditionnelles), Forte Music propose une manière extrêmement novatrice de filmer. Le résultat est saisissant. 

La cathédrale se dévoile dans son immensité tandis que l’orgue se révèle de l’intérieur avec des images tournées dans les tuyaux de l’instrument. Pour y parvenir, les moyens mis en oeuvre sont très importants : caméras de cinéma, objectifs macro de la toute dernière génération, vingt-cinq techniciens présents sur place durant les deux nuits de tournage. Et beaucoup, beaucoup de créativité, d’autant que les contraintes liées au lieu du tournage étaient immenses. Dans un monument historique, on fait uniquement ce qui est autorisé et possible eu égard au grand âge de la vieille dame et de son maître chanteur préféré : le grand orgue !

Autour de l’intime et du gigantesque : pouvoirs extraordinaires de l’image

Le clip de Bach to the future raconte la Toccata et Fugue de Bach interprétée par Olivier Latry par l’image et par le mouvement autour d’une dichotomie entre l’intime et le gigantesque. 

Forte Music propose donc un voyage dans les entrailles de l’orgue de Notre-Dame et cela, personne ne l’avait encore fait. L’objet complice a été un « objectif macro » (Laowa 24 mm macro) très particulier. En forme de silencieux de pistolet, il est disponible sur le marché européen de l’image depuis 2018. Un objet capable de s’introduire dans n’importe quel petit espace et de vous en raconter la vie interne.

L’usage de cet objectif était inédit pour la musique classique. Il pourrait provoquer une petite révolution dans la prise de vue des concerts de piano par exemple.

A l’opposé de l’intime, l’infiniment grand. Là, pas de surprise, le drone. Difficile ? Nullement grâce au soutien du régisseur général de Notre-Dame aguerri à l’exercice : « Faire voler un drone ? Pas de problème ! On fait ça tous les jours à Notre-Dame.. ». Oui, on fait cela tous les jours quand les professionnels sont à la hauteur et là aussi, le droniste de l’équipe était fin connaisseur. Il en était à son troisième tournage de l’année dans la cathédrale pour le compte de grandes chaînes de télévision.

Voyage en image dans l’intime et le gigantesque. N’oublions pas une forte dimension pédagogique. Avez-vous remarqué ces gros plans sur les mains de l’organiste ou ses chaussures ? C’est que les réalisateurs et Olivier Latry ont souhaité faire découvrir au spectateur toute la richesse de cet instrument hors norme lui aussi avec ses nombreux claviers et pédaliers. 

Exprimer chaque passage de la Toccata et Fugue : Mapping, audio réactif et couleurs

Image et mouvement… oui, les mots magiques sont « mapping » et « audio réactif ». Le clip Bach to the future a recours à ces techniques naissantes de la communication et de l’évènementiel pour mettre en valeur le mouvement de la lumière et de l’image généré par le son et qui est projeté sur l’orgue de Notre-Dame. Encore là, l’orgue est magnifié. Et c’est peu dire. 

Voilà pour l’image. Et la musique ? Maxime Bonneau et Hugo Rémusat avouent, en riant, avoir écouté en boucle la Toccata et Fugue. Chaque passage devait être incarné et chaque ambiance restituée…

Le travail sur la couleur a donc été minutieux. Si l’idée de tourner en noir et blanc les a séduit dans un premier temps, ils ont vite compris que les multiples couleurs de la musique de Bach devaient être servies au mieux par la couleur de l’image. Aux passages intimes et féériques, le bleu léger. Aux passages aériens et éthérés, le blanc et le jaune. Et aux passages intenses, puissants ou lourds, le rouge.

Explorer le futur pour sublimer le passé

Ecouter Maxime Bonneau, Hugo Rémusat et Dorian Hays raconter et expliquer leur projet est passionnant et enrichissant. Leur démarche a été celle de la créativité au service de la musique classique. Elle a épousé parfaitement le projet d’Olivier Latry dont l’idée centrale était d’explorer le futur pour sublimer le passé …

Ils ont été les derniers ou presque à avoir le privilège de tourner dans la Cathédrale Notre-Dame avant qu’elle ne soit ravagée par l’incendie.

Ils ont aussi été les premiers à magnifier son orgue dans un clip qui restera, à notre sens, historique. 



Explorer le futur pour sublimer le passé

Forte Music