Festival Silbermann Saint-Quirin : De l’orgue à l’âme

Au Festival Silbermann Saint Quirin…

Une vallée reculée et isolée de Moselle. Une église priorale datant de 1722 à la silhouette typiquement baroque. Un orgue classé monument historique, ouvrage de 1746 du célèbre facteur Jean-André Silbermann. Un chef d’oeuvre unique autour duquel de fidèles passionnés organisent un festival depuis 45 ans. 


L’édition 2019 du Festival Silbermann Saint-Quirin, aussi riche que les précédentes, a accueilli le 16 juin l’Ensemble Gilles Binchois. Le 23 juin 2019, l’organiste allemand Helmut Deutsch donnera un récital inédit en l’honneur de cet orgue historique. 


Les plus grands organistes autour de l’Orgue Silbermann Saint-Quirin

Les bienveillantes se sont penchées sur le sort de l’orgue Silbermann de Saint-Quirin à de nombreuses reprises dans l’histoire. Protégé pendant la Révolution Française alors que bon nombre d’instruments étaient détruits, mutilés ou vandalisés, il est aussi un rescapé de la romantisation, fait assez rare pour être noté. Le voici enfin tout récemment auréolé d’un label européen du patrimoine culturel. 


Finissons en avec les titres et médailles de l’instrument. Ils n’en disent même pas assez sur lui. Frédéric Hannezo, organiste et Président de l’Association des amis de l’orgue Silbermann de Saint Quirin, suscite la curiosité. « Avec un petit instrument comme celui de Saint-Quirin, vous n’avez pas le droit à l’erreur. Il s’agit d’un instrument exceptionnel ! D’accord…. Mais il est tout petit, avec sa quinzaine de jeux. Donc si n’y mettez pas d’âme, vous n’aurez aucun moyen de tricher. C’est un instrument qui ne permet pas de tricher. Avec lui, il faut personnaliser les choses. »

Les grands organistes le savent, eux qui entretiennent avec le Silbermann de Saint-Quirin une relation presque passionnée. Gustav Leonhardt, Mickael Radulescu, Olivier Latry, Stéphane Béchy, Etienne Baillot, Vincent Bernhardt enchantent, chacun à leur tour, chaque édition du festival. « Certains entretiennent avec l’instrument une relation très forte. En 2011, Gustav Leonhardt, déjà très malade, y a donné son dernier concert. Helmut Deutsch et Vincent Bernhardt sont présents depuis plusieurs années. Et chaque année, ils font de plus en plus corps avec l’instrument. Dès qu’il arrivent, ils ne cherchent plus. Ils savent exactement ce qu’ils vont faire et comment ils vont le faire. »

Dans une atmosphère d’écoute exceptionnelle

Frédéric Hannezo se souvient. « Une petite centaine de personnes pour tout public et pas un bruit. Mon enregistrement peut en témoigner. C’est impressionnant car ce sont des choses qu’on ne peut pas faire ailleurs. » 

Le concert ? « Il y a ce calme, cette acoutisque unique et puis l’atmosphère … ». Les cloches sonnent avant le concert, la lumière des chandelles sur le maître autel et les autels latéraux jouent avec les sculptures et les dorures. « On peut faire ce qu’on veut, mais une chandelle qui luit sur une dorure, c’est quelque chose ! » A Saint-Quirin, le public se sent attendu et accueilli. 

Reste la musique qu’on écoute. L’orgue bien sûr, là haut. Les musiciens aussi, presque toujours installés à la tribune, imposent le son de leurs instruments. A Saint-Quirin, le public vient pour écouter des oeuvres qui ont été faites pour être entendues et non pas jouées pour être vues, comme dans un spectacle. « Des membres du public le regrettent d’ailleurs, mais au moins ils ne sont pas distraits par le claveciniste qui gigote dans tous les sens. ». Frédéric Hannezo se met à rire de bon coeur. 

Helmut Deutsch le 23 juin 2019 : Un récital inédit en l’honneur de l’instrument

Helmut Deutsch est professeur d’orgue à la Staatliche Hochschule für Musik und Darstellende Kunst Stuttgart (Université de musique de Stuttgart). Concertiste international, il a transcrit pour orgue de nombreuses oeuvres telle la Symphonie en ré majeur op.43 de Jean Sibelius. 


Fasciné depuis de nombreuses années par l’orgue Silbermann, il vient d’enregistrer un disque « Témoin historique » pour le label Organum Classicum. Un disque qui sera présenté au public lors d’un récital inédit à l’occasion de ce Festival Silbermann Saint-Quirin le 23 juin 2019 et dont l’ambition est de mettre en valeur les différentes registrations si colorées de l’orgue. Au programme, des oeuvres qui trouvent leur unité autour du thème de la Pastorale et commentées par Vincent Bernhardt dans le livret du disque. 

« Des œuvres de Bach, Corette, Scarlatti, Fischer… Oui, nous sommes dans la bonne moitié du 18e siècle et le thème de la pastorale se retrouve un peu partout. D’ailleurs, Vincent Bernhardt rappelle la définition de la Pastorale par Jean-Jacques Rousseau car toutes les pièces ont affaire avec ce côté champêtre que les sonorités de l’instrument évoquent si bien. »

Le répertoire de ce concert à venir a été choisi avec soin. L’instrument, l’orgue fameux de Silbermann, aura ainsi la faculté de dévoiler ses caractéristiques et son âme. Et l’artiste de se confondre avec l’instrument, au coeur d’un Festival Silbermann Saint-Quirin qui vous attend.




Accordéon Baroque Beethoven Bizet Brahms Chef d'orchestre Chevalier de Saint-Georges Clavecin Compositeur contemporain Concert Cor Cordes Debussy Ensemble Gang Flow Festival Flûte Franz Liszt Gustav Mahler Harpe Instruments anciens Lecture Mahler Maurice Ravel Mozart Musique ancienne musique baroque Musique classique Musique de chambre Musée La Piscine Opéra Opéra de Paris Orchestre Orchestre National de Lille Orchestre symphonique orgue Piano Polyphonie Pédagogie Ravel Russie Tsigane Viole de gambe Violon Violoncelle

Nos articles récents