Thomas Dolié : Le chant d’un baryton épris de Schubert

Le baryton Thomas Dolié et le pianiste québécois Olivier Godin se présentent au public depuis le 10 mai 2019 avec un enregistrement Klarthe distingué et distinctif.  

Au programme de ce disque, des lieder de Schubert, incluant le fameux recueil Le Chant du Cygne. Le tout incarné par des artistes sensibles et sincères. 


D’une voix chaleureuse et posée, Thomas Dolié  évoque le programme de ce disque Schwanengesang mais pas seulement. D’une conversation autour d’un disque, l’artiste se dévoile peu à peu. 

Thomas Dolié : « Si on me demande ce que je veux chanter, je réponds Schubert !!! »

Thomas Dolié le dit avec simplicité. Ce disque « a été une aventure, avec beaucoup de travail et d’énergie ». Schwanengesang est, en effet, le premier album solo de cet artiste accoutumé des enregistrements pour l’opéra et la musique baroque. 

Pourquoi donc Schubert ? « Quand on fait un opéra ou un concert, on est nécessairement tributaire du choix des autres. J’adore ces projets collectifs. Mais si on me demande ce que je veux faire, moi Thomas Dolié, je réponds SCHUBERT !!!! » Un retour aux sources ? « Mon désir et cette envie sont venus des grandes émotions que j’ai pu ressentir lorsque j’étais plus jeune découvrant ce répertoire là. Je chante Schubert depuis toujours…Alors, vous dire pourquoi ce genre là m’a davantage parlé qu’un autre, je ne sais pas. Quand on est jeune, on est romantique, on se sent mal aimé, rejeté, peut-être…je ne sais pas ! » Et Thomas éclate de rire. 

Les lieder de Schubert, de l’émotion à l’état pur

A la découverte du lied

Symphonie, concerto, sonate ? Tout cela, le grand public connait. Mais le lied (en allemand) qui se transforme en lieder au pluriel ? « Le lied, c’est une mélodie qu’on pourrait comparer à un conte. C’est une histoire qu’un artiste va raconter seule et sans moyens techniques et scéniques pléthoriques. L’artiste utilise en effet sa seule voix mais aussi des attitudes, des gestes, des expressions pour créer un univers et emporter son auditoire. » 

Pourtant, on discute souvent la forme du lied. Plutôt aride et intellectualisante, dit-on. Au fond, le lied ferait peur… « Non, pour moi, le lied c’est de l’émotion à l’état pur.. C’est une miniature qui peut nous emporter si on se laisse embarquer. » 

De vraies histoires qui vous emportent

Les lieder allemands sont souvent plus narratifs que la mélodie française. Dans les lieder du Chant du Cygne par exemple, on trouve de vraies histoires avec « un début, un développement et une catastrophe finale ». Il en est de même pour Le Roi des Aulnes. « Il faut imaginer ces pièces comme un conte avec un effet spécial qui est la musique. »

Thomas Dolié. Crédit photo : Julien Benhamou 

Sur scène, Thomas Dolié travaille donc avec soin la gestuelle. « Il faut, en effet, trouver les bonnes expressions, tout en restant dans une sorte d’économie de moyens pour aider le public à comprendre.» Les textes (en allemand) sont en effet, aussi importants que la musique puisqu’ils sont l’exacte pendant verbal du musical. Ecrits par les maîtres de la poésie allemande (Goethe, Von Schlechta, Heine..), ils sont aussi un véritable défi pour le traducteur et un vrai bonus pour le propriétaire du disque qui peut lire les textes en français et en allemand. 

Un programme ciselé et finement élaboré

Schubert : Une courte vie de 31 ans, des chefs d’oeuvre multiples et pas moins de 650 lieder. Au programme du disque de Thomas Dolié et Olivier Godin, Le Chant du Cygne complété par cinq lieder. Le tout enregistré à la Salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal sur un piano Erard de 1859. 

Le Chant du Cygne

Le Chant du Cygne (Schwanengesang) occupe une place prépondérante dans le disque. Cet opus est un recueil des derniers lieder écrits par le compositeur quelques mois avant sa mort et retrouvés par le frère de celui-ci. «C’est une image assez belle, il me semble. Se plonger dans les derniers moments de création de cet homme. Découvrir les oeuvres sur lesquelles il travaillait dans ses derniers moments.» Un recueil remarquable de modernité surtout. « Certains lieder de ce recueil ne ressemblent à aucun autre chez Schubert. Et ils ne ressemblent pas non plus à ce qui va suivre, par exemple chez Brahms, Schumann ou Mahler ». 

Des thèmes travaillés en écho

Comment compléter le recueil, fameux, du Chant du Cygne ? Les artistes ont exploré les thèmes présents dans Le Chant du Cygne pour mieux expliciter, autant que possible, le reste des lieder de Schubert. Le thème aquatique, très présent chez Schubert, est un exemple de ce travail. Il a, en effet, permis de mettre en regard Le message d’amour (Liebesbotschaft) (extrait du Chant du Cygne) avec la Chanson du Pêcheur (Fischerweise). Au-delà du thème, l’analyse de l’écriture pianistique fait son oeuvre et permet de mieux comprendre le chemin emprunté par le compositeur. « Nous avions vu comment l’écriture pianistique des battements de l’eau dans la Chanson du Pêcheur est beaucoup plus poussée dans le Message d’amour. » 

La sincérité donne la clé de ce programme

Découvrir les lieder présentés dans ce disque ne devrait pas être une quête intellectuelle et ne le sera pas. « Schubert est un compositeur qui a réussi à transmettre beaucoup de sentiments très intimes. Même dans ses formes amples, il est le compositeur de l’intime. A fleur de peau constamment, sa sensibilité est tellement palpable.». 

Toute la difficulté réside donc dans l’interprétation, voire l’incarnation. On ne peut imaginer une telle musique portée par des artistes qui tiendraient à distance l’émotion qu’elle exhale. On ne peut l’imaginer et ce n’est certainement pas dans ce disque que vous ferez l’expérience de la distance.

Thomas Dolié et Olivier Godin sont sincères et délicats. Ils réussissent le pari difficile d’incarner la musique. Schubert souffre, le piano et la voix aussi. Schubert espère le bonheur et les voilà à faire de même. 



Baroque Bizet Brahms C.P.E Bach Chef d'orchestre Chevalier de Saint-Georges Compositeur contemporain Concert Debussy Ensemble Gang Flow Erard Flûte Gustav Mahler Harpe Instruments anciens Jacques de la Presle Jacques Ibert Lecture Luthier Mahler Masterclass Maurice Ravel Mozart Mozart noir Musique ancienne musique baroque Musique classique Musique de chambre Musée La Piscine ONL Opéra Opéra de Paris Orchestre Orchestre National de Lille Orchestre symphonique orgue Piano Polyphonie Pédagogie Renaissance Tsigane Viole de gambe Violon Violoncelle