Site icon Gang Flow

Festival de Royaumont 2019 : Gang Flow impatient

Royaumont : d’art, d’histoire et de musique

Abbaye de Royaumont. Crédit photo : Royaumont

Royaumont. Une abbaye royale classée monument historique. Un parc naturel de sept hectares, irrigué par un important réseau de canaux. Royaumont est un écrin fait d’art et d’histoire dans lequel l’un des plus beaux festivals de musique, porté par la Fondation Royaumont, s’installe chaque année depuis 75 ans. Gang Flow sera présent le 21 septembre 2019, pour assister à la journée Bach et Telemann.

21 septembre 2019 : Une journée Bach et Telemann

Le 21 septembre 2019 au Festival de Royaumont, Bach et Telemann seront au coeur d’une journée qui leur est tout spécialement dédiée. Une journée qui retrace « une évolution capitale de l’écriture musicale entre styles ancien et moderne, entre baroque et pré-romantisme au travers de deux rencontres fondatrices : la venue de Télémann à Paris chez le facteur de clavecins Vater en 1738, la visite de Jean-Sébastien Bach à la cour de Prusse en 1747 où Bach joue sur un pianoforte Silbermann. La copie du clavecin Vater 1732 commandée par la Fondation Royaumont sera au coeur de cette journée. « 


Réfectoire des convers à 15h : Telemann l’ingenieux

Au programme :

Georg Philipp Telemann (Quatuor n°6 en mi maj ; Concerto pour traverso en sol min ; Sonate en trio en mi maj)

Carl Philipp Emmanuel Bach (Sonate pour violoncelle en ré maj ; Sonate en trio 2 flûtes et basse continue en La min)

Wilhelm Friedemann Bach (Duo pour 2 flûtes sans basse tiré des « sei duetti per il flauto primo et flauto secondo »)

Georg Philipp Telemann (Quatuor n°5 en la min)

Les artistes :

« Autour de deux lauréats 2017 de la Fondation Royaumont, Artem Belogurov et Octavie Dostaler-Lalonde, l’ensemble Les Vieux Galants, tout juste lauréat du concours des « Frères Graun » présente un programme reliant les concerts de la journée : Télémann, compositeur, claviériste et excellent flûtiste, ami de Jean-Sébastien Bach, parrain de Carl Philipp Emmanuel, est venu à Paris chez le facteur Antoine Vater en 1738. Telemann – sans doute plus que tout autre – a su intégrer les styles italiens et français à son propre langage avec une aisance et une inventivité éblouissantes.« 

Réfectoire des moines à 17h30 : L’Atelier d’Antoine Vater 1715-1759 : une rencontre franco-allemande

« Paris fut au XVIIIème siècle un grand foyer de facture instrumentale. Parmi de nombreux artisans, Antoine Vater, originaire du port de Hanovre fut l’un des plus réputés. Installé à partir de 1715 dans la capitale, il se fit une place de choix auprès du public parisien, devint l’un des jurés de la communauté des facteurs de clavecins en 1734, eut en apprentissage Jean-Henri Hemsch et côtoya les plus grands musiciens du moment. En 1737-1738, il hébergea son célèbre compatriote Georg Philipp Telemann, invité au Concert Spirituel pour jouer auprès des plus grands artistes du moment ses Concerts Parisiens, dont Blavet à la flûte, Forqueray fils à la viole, l’italien Guignon au violon ».

Aurélien Delage (clavecin Vater et traverso), Aline Zylberajch (clavecin), Guillaume Rebinguet Sudre (violon) et Nima Ben David (viole de gambe) enchanteront un imaginaire atelier de Vater où des échanges musicaux se font entre les compositeurs du moment, leurs interprètes et les facteurs d’instruments.

Réfectoire des moines à 20h45 : Nuit J.S.Bach à la Cour de Frédéric II de Prusse

La nuit tombée, deux concerts (le premier à 20h45 et le second à 22h) enchanteront le réfectoire des moines. Philippe Grisvard (pianoforte Silbermann copie Kerstin Schwarz), Jean-Luc Ho (clavecin Vater 1732 et pianoforte Silbermann) ainsi que l’Ensemble Le Petit Trianon en sont les artistes.


« Cette nuit à la cour de Frédéric II de Prusse rejoue la rencontre entre le vieux maître Jean-Sébastien Bach entouré de deux de ses fils : Wilhem Friedmann son aîné, talentueux organiste de Halle ; Carl Philipp Emmanuel maître de chapelle à la Cour de Prusse, génial inventeur du nouveau style de l’Empfindsamkeit, avec Joachim Quantz le mentor du roi, les autres musiciens de la cour ayant été d’anciens étudiants à la ThomasKantor de Leipzig tels Agricola, Nichelmann, ou ayant ensuite favorisé la diffusion des oeuvres de Bach, tels Fasch qui créera la SingAkademie en 1791 dédiée à la renaissance des oeuvres de Bach jusqu’à la fameuse Passion selon St Mathieu dirigée par F. Mendelsshon, Kirnberger – maître de chapelle de la soeur du roi Anna Amalia – qui éditera l’intégrale des chorals de Bach et enfin Marpurg fasciné par le contre-point de Bach. »

Source des textes en italique : Programme du Festival de Royaumont 2019.

Informations pratiques

Quitter la version mobile