L'Orchestre Français des Jeunes : leur différence ? La flamme

Orchestre Français des Jeunes

L’Orchestre Français des Jeunes, c’est un orchestre français de jeunes musiciens. Rien de bien insolite ? Notre rencontre avec leur chef d’orchestre actuel, Fabien Gabel, nous a convaincu du contraire. Et pourrait bien vous inciter à aller les écouter en 2020.

Vous fermez les yeux, vous ouvrez les oreilles, et vous vous dites que oui, c’est un très bon orchestre. Vous ouvrez les yeux et vous voyez des gamins. C’est génial !

Fabien Gabel, novembre 2019

La fougue de l’Orchestre Français des Jeunes fait la différence

Ils sont 130 musiciens, âgés de 16 à 25 ans. Etudiants en conservatoire et titulaires du DEM, ils sont choisis au terme d’auditions similaires à celles qui sont organisées à l’entrée des grands orchestres symphoniques. On ne parle donc pas ici de pratique amateur mais bien de pratique professionnelle, mais jeune. Peut-être là un angle de vue sur la musique classique en France trop peu exploré, et par la presse et par les programmateurs.

Dirigés pour la troisième session consécutive par Fabien Gabel (qui revient en 2020), cet orchestre force l’admiration de leur chef.

Fabien Gabel

« Qu’est-ce qui fait la différence ? La flamme ! Oui, la flamme, la fougue et la jeunesse. A l’OFJ, on pourrait répéter des heures sans s’arrêter, c’est incroyable. Il ne faut pas nier la réalité de certains orchestres. Après trente ans, certains musiciens s’essoufflent car le métier est difficile. Le stress, la pression, les horaires décalés surtout dans le lyrique, l’environnement sonore qui rend certains sourds, les blessures musculaires… Alors forcément, certains aiment la musique évidemment, mais sont peut-être un peu fatigués. »


Les répétitions mais aussi les concerts ! Fabien Gabel continue. « C’est beau de les voir. Ils donnent tout en concert et c’est impressionnant. Tous les musiciens et les amis qui sont venus les voir étaient sidérés. Tiens, une petite anecdote ! Le grand contrebassiste Bernard Cazauran nous a fait l’amitié de venir assister à un concert cette année. Eh bien, il était estomaqué par le niveau et le « rendement » (le mot est affreux) de ces jeunes musiciens. Lui qui a vu passer tous les grands chefs quand il était contrebassiste solo de l’Orchestre de Paris a confirmé que le niveau était identique à tout orchestre professionnel. »

L’orchestre qui galvanise son chef

Orchestre Français des Jeunes © Yannick Perrin
Orchestre Français des Jeunes © Yannick Perrin

Un orchestre de jeunes musiciens, fougueux et enthousiastes. Le ton est donné, sauf que l’effet sur le chef lui-même fait plaisir aussi. « Moi, ils me galvanisent. A chaque fois que je termine une session, je suis remonté à bloc. Ils me donnent énormément. »

Aventure humaine, mais pas que… « Je dirais aussi qu’en ma qualité de chef, je peux expérimenter certaines choses parce qu’ils me le demandent. Ils n’attendent que cela ! Ils ne vont pas me juger parce qu’on a du temps pour aller en profondeur. Et pourquoi cela ? Parce qu’ils ont été préparés en amont et par sections par les « encadrants » qui sont des musiciens de grands orchestres qui font un travail extraordinaire de préparation. Ils arrivent donc en répétition avec très peu de problèmes techniques. On peut donc faire de la musique ensemble et ils n’attendent que cela ! »

Au programme de la session 2020

La session 2020 à l’Orchestre Français des Jeunes s’annonce riche encore. Le violoncelle solo Bruno Philippe fera partie de l’aventure qui conduira l’orchestre, par exemple à Lille, au Festival de la Chaise-Dieu ou encore à Saint-Jean-de-Luz au Festival Ravel.

Au programme : Symphonie n°3 de Johannes Brahms, Prélude et mort d’Isolde de Richard Wagner, Danse des sept voiles (extrait de Salomé) de Richard Strauss, La tragédie de Salomé de Florent Schmitt, une commande autour de personnage de Salomé par Diana Soh et le Concerto pour violoncelle de Robert Schumann (avec Bruno Philippe pour soliste).

Il n’est pas moins plaisant de découvrir la qualité des membres de l’équipe pédagogique…

  • Jan Orawiec  Violon – Orchestre Les Siècles
  • Audrey Loupy  Violon – Orchestre du Capitole de Toulouse
  • Nicolas Bône Alto – Orchestre National de France
  • Blair Lofgren Violoncelle – Orchestre Symphonique de Québec
  • Yann Dubost Contrebasse – Orchestre Philharmonique de Radio France
  • Sandrine Tilly Flûte – Orchestre National du Capitole de Toulouse
  • Sandrine Tilly Flûte – Orchestre National du Capitole de Toulouse
  • Nora Cismondi Hautbois – Orchestre de la Suisse Romande
  • Julien Hervé Clarinette – Orchestre Philharmonique de Rotterdam
  • Carlo Colombo Basson – Orchestre de l’Opéra National de Lyon
  • Guillaume Tétu Cor – Orchestre National de Lyon
  • Nicolas Châtenet Trompette – Orchestre de l’Opéra National de Paris
  • Guillaume Cottet-Dumoulin Trombone – Orchestre de Paris
  • Jean-Claude Gengembre Percussions – Orchestre Philharmonique de Radio France
  • Gaël Gandino Harpe – Orchestre de l’Opéra de Munich

L’Orchestre Français des Jeunes est beau à voir et à entendre. Il représente l’avenir des orchestre en France et mérite le soutien de chacun. Alors tous à l’OFJ en 2020 ? Avec Gang Flow, c’est certain.

L’Orchestre Français des Jeunes en vidéo : Chroniques lilloises..


Consulter le site internet de l’OFJ

Les photos de cette publication ont été prises par Yannick Perrin et Maison Simons.


La pédagogie vous intéresse ? Lisez notre article sur une masterclass donnée par Michel Moragues