« Dear Mademoiselle » par Astrig Siranossian : divines artistes

"Dear Mademoiselle" Astrid Siranossian

Astrig Siranossian ainsi que Nathanaël Gouin et Daniel Barenboim offrent au public un disque brillant qui n’a su choisir entre la beauté du son et l’intérêt du programme. C’est dire à quel point ce disque, paru au label Alpha Classics, est beau. Beau, tout simplement.

« Dear Mademoiselle – A tribute to Nadia Boulanger » est un très beau disque. Le programme de « Dear Mademoiselle » – A tribute to Nadia Boulanger est une véritable croisée de destins. Astor Piazzolla, Igor Stravinsky, Nadia Boulanger, Elliott Carter, Philip Glass, Michel Legrand et Quincy Jones… Cet hommage rendu à la grande Nadia Boulanger charme et envoute. A la première écoute d’une certaine manière, et aux écoutes qui suivent de bien d’autres manières encore. Beau, et riche.

Entretien avec Astrig Siranossian au sujet de « Dear Mademoiselle – A tribute to Nadia Boulanger « 

Pour visionner la vidéo, cliquez sur l’image ci-dessous


« Dear Mademoiselle » par Astrig Siranossian

« Cette formule affectueuse est celle qu’utilisaient de prestigieux correspondants lorsqu’ils s’adressaient à leur «maître de musique » tant respectée : Nadia Boulanger.
Compositrice, cheffe d’orchestre et grande pédagogue française, la musicienne a été pendant près de soixante dix ans une des figures les plus importantes de la musique du XXe siècle. Elle a remis au goût du jour des compositeurs comme Brahms et Monteverdi, ou érigé l’harmonie et l’analyse de Bach ou Beethoven en piliers d’un apprentissage idéal et d’une compréhension approfondie de la musique.

Mais plus important encore, Nadia Boulanger était dotée d’un talent unique pour découvrir les qualités de chacun de ses élèves et faire germer en eux la volonté de donner le meilleur d’eux-mêmes et de leur art.
Ce talent reconnu dans le monde entier conduisit un grand nombre de musiciens à frapper à la porte du 36 rue Ballu : parmi eux, Daniel Barenboim, Leonard Bernstein, Elliott Carter, Philip Glass, Quincy Jones, Michel Legrand, Igor Stravinsky et Astor Piazzolla.
Sans Nadia Boulanger, un pan entier de la musique n’aurait certainement, jamais vu le jour… Mon admiration éternelle. »

Quelques extraits

Astrid Siranossian

Vous aimerez aussi…

Abonnez-vous à Gang Flow, c’est gratuit….

Les commentaires sont fermés.