Génération Fondation Banque Populaire 2021 : Episode 1

Fondation Banque Populaire

5 mars 2021. Le voici sur la scène de la Scala, boulevard de Strasbourg à Paris. Souriant et conscient de l’importance de sa mission, le jury de la Fondation Banque Populaire, présidé par Philippe Hersant, écoute la prestation de neuf jeunes musiciens, candidats à l’une des bourses de la Fondation.

Ces auditions sont la première étape d’un parcours d’accompagnement qui durera jusqu’à trois ans. Le moment est donc particulier. Comment ne pourrait-il l’être ? Un jury de grands musiciens et de compositeurs écoute de jeunes artistes les uns après les autres et sait la difficulté de sa mission. Choisir….Et puis 2021…. Plus particulier, on ne fait que rarement.

Une nouvelle génération se présente au jury de la Fondation Banque Populaire

Se présentent au jury ce jour-là neuf jeunes musiciens. Tous sont diplômés de grands conservatoires nationaux et beaucoup ont déjà participé à de grands concours internationaux. L’équipe les accueille. Peu de formalisme, aucun protocole anxiogène, aucune mise en scène et beaucoup de professionnalisme. L’heure n’est pas au concours mais à l’accompagnement, déjà. Martine Tremblay, Directrice de la Fondation, accueille les jeunes artistes en personne. Elle les guide vers la salle qui leur réservée. L’accompagnement, s’il devait se poursuivre, aura donc commencé à ce moment précis de l’accueil des candidats. Un moment presque infime d’importance, en apparence.

On aurait presque envie de tous les prendre, mais malheureusement c’est impossible.

Philippe Hersant, compositeur et Président du jury musique

Le compositeur Philippe Hersant, préside le jury. De stature imposante, tout exprime en lui élégance et raffinement. Son état d’esprit ? Très 2021. « J’étais très heureux que cette audition ait pu avoir lieu car elle avait déjà subi un report. Mais grâce à Rodophe Bruneau-Boulmier, elle a pu être re-programmée à la Scala. C’était très important. De nombreux jeunes musiciens souffrent énormément de la situation actuelle. C’est terrible pour eux. J’étais également heureux parce que j’ai trouvé que 2021 était un bon crû, aussi bien côté interprètes que compositeurs. Et puis cela faisait du bien d’entendre de la musique. Comme tout le monde, je n’ai pas eu l’occasion d’assister à un concert depuis fort longtemps. Il commence donc à me peser de n’entendre la musique que mise en boîte. » Le ton est posé, le propos sincère.

Quatuor Elmire

Neuf candidats et des coups de coeur, souvent unanimes

Philippe Hersant participe au jury musique de la Fondation Banque Populaire depuis une quinzaine d’années. « J’ai toujours été sidéré par le niveau de ces jeunes musiciens qui se présentent à nous. Evidemment, la question est aussi de savoir si on est plus ou moins touché car il faut un quelque chose en plus de toutes les qualités techniques qui sont toujours présentes. Il est vrai qu’il m’est arrivé, malgré le niveau technique très important, de penser à autre chose au bout d’une minute. Cela n’est pas très bon signe… Alors que certains vous prennent tout de suite et ne vous lâchent plus. Nous prenons donc ceux pour qui nous avons un vrai coup de coeur. »

Notre conversation avec Philippe Hersant continue. « Il est difficile d’expliquer pourquoi un artiste vous touche davantage qu’un autre. C’est assez mystérieux tout cela. Mais, au sein du jury, nous sommes souvent du même avis. Cette année, nous avons entendu neuf candidats instrumentistes. Nous en avons choisi les deux tiers et plusieurs ont été pris à l’unanimité. Pour certains, j’étais certain que le jeune musicien serait pris à l’unanimité et il l’a été ! » Philippe Hersant raconte alors comment Edgar Moreau, lauréat de la Fondation Populaire en 2011, avait impressionné le jury. « Quant nous l’avons entendu, nous étions tous complément sidérés. Vous voyez, il est difficile de dire comment une personnalité peut arriver à s’imposer au jury et pourquoi. Lui, c’était unanime et fort. Et pourtant on en entend des musiciens ! ».

Le vote ? A bulletin secret, il est aussi le résultat d’une écoute attentive et non commentée. Le jury Musique de la Fondation Banque Populaire n’est pas bavard. Même à la pause, les membres du jury n’échangent pas sur les prestations des candidats. Après tout, la musique est un art hors les mots, que le caractère unanime de certains votes confirme. A la Fondation, on cherche ceux qui ont un quelque chose en plus. Ce petit plus qui se cache dans l’émotion.

Génération Fondation Banque Populaire

Les Lauréats 2021 de la Fondation Banque Populaire

  • Kojiro Okada (Piano)
  • John Gade (Piano)
  • Vincent Mussat (Piano)
  • Shuichi Okada (Violon)
  • Sandro Compagnon (Saxophone)
  • Le Quatuor Elmire (Quatuor à cordes)
  • Clara Olivares (Composition)
  • Julian Lembke (Composition)

Bien plus qu’une bourse, c’est un accompagnement de plusieurs années qui commence

Martine Tremblay, directrice de la Fondation, est la gardienne de l’esprit de la Fondation Banque Populaire. Elle n’a eu de cesse, en cette journée d’audition, de guider les candidats, consciente qu’elle prend là un premier contact avec de jeunes artistes qu’elle accompagnera pendant plusieurs années ensuite. « L’esprit de la Fondation c’est d’être tourné vers l’humain. Nous soutenons des projets de vie dans la durée (trois ans) parce que nous souhaitons que les projets soient pérennes. Notre action se cantonne à la jeunesse. Nous souhaitons, en effet, soutenir des jeunes qui se lancent dans la vie et démarrent une activité. Bien sûr, nous sommes parfois critiqués sur les critères d’âge que nous posons, mais notre idée est réellement d’aider les jeunes à démarrer. »

A budget constant et maintenu malgré la crise qui nargue tous les acteurs de l’économie, la Fondation Banque Populaire revendique la nature spécifique de son action. Martine Tremblay développe. « Nous suivons nos lauréats pendant trois ans. On les conseille, on les visite. Nous leur imposons aussi des réunions et des rencontres. Dans les locaux de la Fondation, ils sont parfois présents en nombre, regroupés dans des ateliers que nous animons. Le dernier thème de ces ateliers, c’était l’apparence grâce à un travail sur la photographie des pochettes de disques. La prochaine fois, nous ferons venir un journaliste pour les entraîner à l’exercice de l’interview. Nous organisons aussi des speedatings entre interprètes et compositeurs et bien d’autres évènements. »

2021 sera une année particulière. Martine Tremblay écoutera davantage encore ses lauréats et proposera bien d’autres projets, à l’instar du projet de composition Hambourg-Paris, avec la participation du maestro Kent Nagano. « En 2021, nous ne pourrons pas faire tout ce que nous faisons habituellement. Alors, nous essaierons de garder un contact avec nos lauréats et de leur proposer de nouveaux projets. » Le budget ne changera pas, mais son utilisation sera plus créative encore. Impossible de laisser les lauréats de la Fondation seuls aux prises avec 2021. Mais tout cela, nous vous le raconterons plus tard. Rendez-vous donc au prochain épisode.


Les membres du jury musique de la Fondation Banque Populaire

  • Philippe Hersant, Compositeur, Président du Jury
  • Alain Duault, Critique musical
  • Régis Campo, Compositeur
  • Gary Hoffman, Violoncelle
  • Lise Berthaud, Alto
  • Anne Queffélec, Piano
  • Claire Désert, Piano
  • Sarah et Deborah Nemtanu, Violon
  • Florent Héau, Clarinette
  • Romain Leleu, Trompette
  • Christine Plubeau, Viole de gambe
  • Rodolphe Bruneau-Boulmier, Conseiller artistique de la Fondation, Invité permanent

Génération Fondation Banque Populaire 2021 : A suivre

Gang Flow suivra les lauréats musique de la Fondation Banque Populaire tout au long de l’année 2021. Au coeur de cette équipe passionnée et dévouée à la cause des jeunes musiciens, les idées nouvelles ne manquent pas. Nous nous en ferons l’écho, permettant ainsi à nos lecteurs de découvrir le travail de la Fondation ainsi que de jeunes artistes talentueux.

S’abonner à Gang Flow est gratuit

Les commentaires sont fermés.