Les surprises de janvier : chez Vivaldi le tempérament est d’or

Quand la musique de Vivaldi retient la fête….

Retenir la fête avec Vivaldi
3 surprises

Les fêtes ne sont jamais aussi belles que chez Vivaldi et ses amis. N’en déplaise à décembre et ses fêtes, janvier au son de ces musiciens exceptionnels célèbre l’élégance joyeuse et de caractère. Celle qui sait marier la sincérité et l’inventivité, la discrétion et la créativité.


Specchi Veneziano – Reali Vivaldi – Le Consort

specchio veneziano

Le Consort livre un enregistrement très séduisant. Dans la cité vénitienne, au tout début du 18ème siècle, deux musiciens uniques. Vivaldi, l’inventif, le prolifique, le saisissant. Et Reali, oublié et resté mystérieux. Reali compose une musique colorée et raffinée. « En atteste la variété des caractères au fil des pages : du grave e staccato saisissant de la Sinfonia II à la lumineuse grâce corallienne du grave de la Sinfonia I ou encore la Folia si originale par son instrumentation : en plus des deux violons et de la basse continue, Reali ajoute une partie de violoncelle concertant, enrichissant le dialogue euphonique entre les violons. Il utilise aussi un procédé d’écriture très novateur en changeant la mesure pour les dernières variations : les trois temps de la Folia laissent la place à deux variations à seulement deux temps ! L’effet est saisissant.  » Un disque construit en miroir autour de deux musiciens inspirés d’une même splendeur.

Concerti All’arrabbiata – Freiburger Barockorchester


concerti all'arrabbiata

Le Freiburger Barockorchester, dirigé par Gottfried von der Goltz, rassemble avec brio Sinfonie et concerti de Giovanni Benedetto Platti, Vivaldi, Geminiani et Telemann. Au coeur de cet enregistrement, le caractère, un goût marqué pour la fête et le rythme. Ici les cordent s’enflamment, et les bois sont véloces. Telemann, l’allemand inspiré de l’Italie, n’est pas en reste avec sa symphonie des grillons (Grillen-Symphonie) dont les musiciens du Freiburger Barockorchester donnent une version enchanteresse et malicieuse.

Vivaldi L’âge d’or – Marianne Piketty et le Concert Idéal


vivaldi l'âge d'or

Marianne Piketty et Le Concert Idéal dressent ici un portrait musical d’une Venise protéiforme. Vivaldi bien sûr, mais aussi Barbara Strozzi, cantatrice oubliée et considérée parfois comme l’une des premières compositrices italiennes. Et puis Albinoni, le dilettante, qu’on découvre dans une pièce plus légère que son fameux Adagio. Ou encore Gallo « dont certaines compositions serviront de base à Stravinski pour son Pulcinella ». Et puis encore Claudio Monteverdi et Marc’Antonio Ziani. Ce disque est riche de toutes les formes musicales et de toutes les libertés que chacun des compositeurs a prises en toute insouciance. C’est décidément une bien belle Venise que les artistes nous racontent ici. Libre, fantasque parfois, et totalement enchanteresse.

Ecouter ou acheter ces disques autour de Vivaldi

Découvrez notre podcast

Culture Sur-Mesure