Les surprises d’avril : début de siècle

Le hasard des sorties de disques en ce mois d’avril est heureux. Nous évoquerons donc ici Paris autour des années 1900, la Belle Epoque et Misia Sert. Des surprises très début de siècle, pleines d’optimisme et de légèreté.

Paris 1900 : des sonorités duveteuses exceptionnelles

Trois disques, quatre artistes pour ce riche triple album de musique de chambre dédié au Paris des années 1900. Une époque baignée d’optimisme, d’insouciance mais aussi d’innovation et de création. Au coeur du Conservatoire de Paris, de nouvelles classes, des instruments améliorés et un répertoire renouvelé. La « nouvelle musique française » est née.

Cette atmosphère d’effervescence culturelle et musicale est partagée avec le public par quatre magnifiques musiciens. Laurent Wagschal (piano) accompagné par Alexandre Gattet (hautbois), Eric Aubier (cornet), Vincent Lucas (flûte) célèbrent l’école française. Ils offrent ensemble un témoignage riche du répertoire de trois instruments à vents qui ont marqué la musique française. Leurs sonorités riches, magnifiquement travaillées, font honneur à une époque bénie pour la musique française. Le tout éclairé par un livret magnifiquement écrit par la journaliste Gabrille Oliveira-Guyon.

Dans l’ombre de Misia Sert

Misia

Voici un hommage musical magnifique à celle qui fut de tous les salons parisiens. Au coeur des milieux artistiques et intellectuels de la belle époque, Misia Sert a inspiré d’innombrables artistes, de Proust à Renoir en passant par Diaghilev et Coco Chanel.

Flamboyante et passionnée, peut-être un peu fantasque aussi, elle est reliée à un répertoire musical que l’ensemble de musique de chambre vocalo-instrumental Revue Blanche offre au public avec finesse. La distribution originale de l’ensemble (soprano, flûte, alto et harpe), le choix du répertoire (Déodat de Séverac, à Satie, Ravel, Auric, Duparc…) et des textes (Mallarmé, Poe, Baudelaire, Gide…) font la richesse de ce disque tout à fait original.